Jonah Raskin, écrivain et marijuana reporter

Gonzo journaliste, universitaire, fumeur et cultivateur, Jonah Raskin a suivi depuis le début, l'explosion de la culture de la marijuana aux USA et plus particulièrement en Californie. Rencontre avec ce spécialiste de la contre culture américaine.

Gonzo journaliste, universitaire, fumeur et cultivateur, Jonah Raskin a suivi depuis le début, l’explosion de la culture de la marijuana aux USA et plus particulièrement en Californie. Rencontre avec ce spécialiste de la contre culture américaine.

SSFR : Depuis le 1er Janvier, les pot-shops ont ouvert leurs portes au Colorado. Pensez-vous vous que le Colorado  va devenir le nouveau Marijuanaland ? Comment voyez-vous l'avenir du Triangle d'émeraude ?

A Louisville, Kentucky devant la peinture murale représentant Hunter S. Thompson

Jonah Raskin : Je crois que le Triangle d'émeraude a un avenir dans la production de marijuana, et comme un endroit où il y a de l'expérimentation et de l’innovation. Il y a du cannabis du Triangle d'émeraude dans le Colorado, maintenant. De grandes quantités de cannabis de Humboldt, Mendocino et Trinity quittent l'état pour aller dans d'autres régions des Etats-Unis. Je ne pense pas que le Colorado remplacera la Californie et en particulier la région connue comme le Triangle d'émeraude, en partie à cause du climat qui est fait pour la culture en extérieur. Je suis heureux de savoir qu'il y a maintenant des pot shops ouverts dans le Colorado J’espère que c'est positif pour les fumeurs de pot / consommateurs.

Je suis âgé de 72 ans. J’ai connu pendant presque toute ma vie, la prohibition du cannabis. Je suis habitué à l'économie souterraine, au secret et au mode vie hors la loi. J'ai des amis très proches qui cultivent et qui sont totalement hors la loi. Ils ne sont pas prêts à changer leurs habitudes et je les comprends. Je ne veux pas vraiment changer moi non plus. Je suis attaché à la façon dont les choses se sont passées et dont elles se passent encore. Mais le Colorado nous montre que nous allons tous devoir changer, ce qui signifie accepter l'inconnu sans savoir ou cela nous mènera.

Dans votre livre, vous évoquez les reporters de la marijuana et vous avez vous-même exercé cette profession. En quoi consiste exactement le travail d'un marijuana reporter ? 

Lecture de poèmes pendant la manifestation, Occupy San Francisco

Il ya de plus en plus de marijuana reporters. Le Colorado et l’état de Washington ont créé une nouvelle génération de journalistes spécialisés. J'ai une nouvelle amie qui vit dans le Triangle et écrit à ce sujet. C’est intéressant de voir qu’il y a maintenant des jeunes femmes qui se lancent dans le journalisme cannabique.

Le travail du journaliste est de voir ce qui se passe, d'observer, non seulement pour entendre l'histoire de quelqu'un, mais aussi pour voir ce qu'il fait. Les gens racontent beaucoup d'histoires et ont tendance à exagérer. Je ne veux pas minimiser l’importance des contes et légendes mais je  pense qu'il est essentiel de voir les jardins, les plantations, d’assister aux transactions et de se renseigner de tous les côtés ce qui signifie parler à la police aussi.

Beaucoup de cannabinophiles français rêveraient de venir s’installer au Marijuanaland. Y-a t-il des possibilités pour un étranger de venir vivre et travailler dans le Triangle d’émeraude ?

Chaque année, il ya des gens du monde entier qui viennent au Marijuanaland pour travailler. Je le sais en partie, à cause des arrestations. Ils viennent souvent d’Asie ou d'Europe de l'Est. J'ai un nouvel ami qui a la trentaine, qui est né à Berlin et a grandi en Allemagne. Il est venu s’installer ici et il est devenu cultivateur. Le prix des terres est élevé ce qui empêche de nombreuses personnes d'acquérir des “real estate” comme on dit aux Etats-Unis. Mais il ya toujours la possibilité de travailler pour les autres en intérieur ou en extérieur.

Quelles sont, selon vous, les qualités nécessaires pour être un bon cultivateur ?

Il est important de connaître l'horticulture et d’avoir une approche scientifique. La patience est une qualité essentielle. Vous devez aimer la plante et la comprendre, l'écouter. L’important est de ne pas laisser la peur et de la paranoïa prendre le dessus. Il faut savoir se détendre et profiter de la fumette. Il faut être prêt à partager de l'information et des semences avec d'autres agriculteurs. J'ai eu la chance de vivre et de travailler dans le conté de Mendocino dans les années 80 et de faire partie d'une grande communauté de producteurs qui m’ont beaucoup appris. 

Les cultivateurs pensent souvent que leur weed est la meilleure du monde. Ca peut être vrai mais presque que tout le monde pense la même chose. Au cours des dernières années, j'ai aussi  rencontré des jeunes producteurs qui m’ont appris de nouvelles techniques. J'avais l'habitude de récolter une plante entière à la fois. Ils m’ont appris à récolter d’abord les sommités, puis le reste de la plante progressivement. J'ai essayé cette méthode et récolté sur une période de 10 semaines. Il me semble que la qualité était meilleure et la quantité était certainement plus importante.

Vous cultivez encore de la marijuana ? 

J'ai cultivé cet été pour ma consommation  personnelle et celle de mes amis. J'ai tellement de weed que je ne sais plus quoi en faire. Je vis en Californie dans le comté de Sonoma. La marijuana est cultivée partout ici, en intérieur et en extérieur par des personnes de tous âges, formes, tailles, sexes, races, ethnies ou opinions politiques.

Vous avez visité la France en novembre dernier. Avez-vous apprécié la France et les Français ? Que pensez-vous de la marijuana française ? 

J'adore la France et les Français. J'adore mon éditeur, Jean-François Bourdic et ma traductrice,  France Nancy. En novembre 2013, pour la première fois, j'ai pu rencontrer les cultivateurs et les trafiquants de marijuana français. Pendant la première semaine, j'étais à Paris et je n’ai pas beaucoup fumé. J'ai eu un moment plus reposant et agréable pendant la deuxième et troisième semaine en France parce que j’ai fumé régulièrement. Une partie de la weed que j’ai fumé m’a beaucoup plu. J’ai aimé le goût et l’effet. J'ai apprécié ma rencontre avec les cultivateurs de marijuana français. J’ai pu  entendre leurs histoires, voir leurs plantes et leur weed. Un cultivateur / distributeur m'a généreusement donné quelques têtes à fumer.

Quels sont vos projets professionnels ?

J'ai eu une longue entrevue en profondeur avec Jorge Cervantes, à paraitre dans un prochain numéro de High Times. J'ai passé beaucoup de  temps avec Jorge en Californie cet été. On beaucoup ri et on s’est raconté des histoires.

Une des choses que j'aime faire ces jours-ci est d'assister aux réunions des médecins californiens qui prescrivent de la marijuana à leurs patients. J'ai le projet d'écrire sur l'un de ces médecins de Los Angeles. Il a des patients souffrant de douleurs fortes, avec de vrais problèmes médicaux et selon lui, la marijuana les aide énormément. En ce moment, je suis plus intéressé par les aspects médicaux que par la culture mais les deux choses sont liées.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.