Malte : il revit grâce au cannabis médical

Olivier F
02 Jul 2022

Malte est le premier état de l’Union européenne à avoir légalisé le cannabis. Luciano Muscarella avait émigré sur l'île de Malte pour devenir chef mais un terrible accident a bouleversé sa vie : « J'ai le syndrome du membre fantôme, je ressens des douleurs chroniques. Grâce à la marijuana médicale, j'ai éliminé toutes les autres drogues. »


Par Marco Ribechi (Soft Secrets Italie)

Il a perdu sa jambe dans un accident de la circulation et se soigne avec du cannabis qu’il peut enfin cultiver lui-même. Luciano Muscarella est un jeune homme de Palerme qui a émigré à Malte et qui fait sécher actuellement sa première récolte de cannabis thérapeutique nécessaire pour traiter son syndrome du membre fantôme. Depuis le début de l'année, la culture de cannabis jusqu'à quatre plantes a été légalisée sur l'île de Malte.

« Pour beaucoup de gens, cela peut sembler absurde, mais lorsque vous subissez l'amputation d'un membre, il peut arriver que vous ressentiez des douleurs fortes et constantes précisément au niveau du membre manquant » explique Muscarella. « Dans mon cas, pendant 25 ans, mon cerveau a envoyé des impulsions nerveuses à ma jambe, ma cheville, mes orteils. Aujourd'hui que je n'ai plus ma jambe, j'éprouve des spasmes incontrôlables et des douleurs très vives que seulement avec le cannabis j'ai enfin réussi à contrôler. »

L'arrivée de Luciano sur l'île est un parcours familier à de nombreux jeunes Italiens qui, poussés par la nécessité et la recherche d'un meilleur emploi, décident de partir à l'étranger pour tenter leur chance.

« J'ai étudié la cuisine et avant l'accident, j'étais chef » explique Luciano Muscarella à Soft Secrets. « Après des expériences très décevantes dans mon pays d'origine, des salaires bas notamment bien en deçà de mes attentes, j'ai décidé le 28 juin, il y a 10 ans, de m'installer à Malte où je savais qu'il y avait d'excellentes conditions de travail. »

À seulement 22 ans et en très peu de temps, Luciano pourrait réaliser son rêve et faire carrière dans la restauration. « J'avais l'impression d'avoir atterri sur une autre planète", poursuit-il. "Des salaires équitables, une embauche immédiate, des opportunités de carrière, en d'autres termes, tout ce que je n'ai pas obtenu en Italie. En un rien de temps, j'ai travaillé dans des hôtels cinq étoiles et d'autres établissements de premier plan. »

Mais l'accident a changé sa vie. « J'ai été victime d'un grave accident de scooter qui a conduit à l'amputation d'un de mes membres, ma jambe gauche. C'était le 15 juillet 2015. La vie s'est effondrée sur moi, non seulement l'accident a mis fin à mes rêves, mais je me suis également retrouvé avec un membre manquant et j’ai dû être traité avec beaucoup de médicaments."

Son plan de traitement comprenait du paracétamol, auquel Muscarella est allergique, des antibiotiques, de la codéine contre la douleur et des somnifères pour se reposer la nuit. Le découragement de Luciano a duré jusqu'à ce qu'il découvre les effets bénéfiques du cannabis.

Il raconte : « Un jour, on m'a amené du cannabis à l'hôpital. Je suis descendu en fauteuil roulant et j'ai fumé après environ un mois et demi d'abstinence. Je me souviens très bien du tout premier effet. Après un mois d'utilisation du cathéter, je pouvais enfin uriner sans aide. Tous les muscles étaient détendus, je n'avais plus l'abdomen contracté ni de douleur. Mon humeur maussade et triste s'est améliorée, en fait j'ai éclaté de rires tonitruants malgré le fait que c'était la période la plus sombre de ma vie. Je me suis retrouvé à m'exclamer : Mais comment peuvent-ils dire que c'est une drogue ? »

En un rien de temps, Luciano a cessé de prendre d'autres médicaments. À Malte, il est possible d'acheter du cannabis médical dans les pharmacies avec une ordonnance. « J'ai eu la chance de rencontrer le Dr Andrew Agius de la clinique de la douleur » poursuit-il. « Il m'a expliqué comment je pouvais utiliser du cannabis, comment le prendre, et maintenant j'ai une prescription d'environ 1,5 gramme par jour, que j'utilise pour lutter contre la douleur chronique. »

Récemment, cependant, Malte a également adopté une loi légalisant la culture libre, permettant à Luciano d'expérimenter l'autoproduction. « Quand j'ai appris la nouvelle, je n'arrivais pas à y croire » explique-t-il triomphalement. « Je dépense environ 450 euros par mois en cannabis et maintenant je peux produire indépendamment mon propre médicament, car c'est de cela dont nous parlons, une bombe médicinale. Ces jours-ci, j'ai récolté ma première plante. Ce n'est pas acceptable pour que les pays entravent l'usage du cannabis, il faut plus de recherche, plus de champs d'application pour que ce que j'ai vécu puisse aussi aider d'autres patients J'ai éliminé quatre ou cinq drogues et toute ma thérapie se résume à l'usage médical du cannabis , une plante que je cultive dans mon appartement. »

« C'est une plante miraculeuse qui m'a permis de continuer à vivre. Aujourd'hui, après l'interruption de ma carrière de cuisinier, je gère un magasin avec mon associé et, grâce aussi à la prothèse qui m'a été fournie par le National Health Service, j'ai à nouveau de nombreuses perspectives d'avenir. »

O
Olivier F