Les Micro-organismes efficaces

Les Efficients Micro-organisms (EM) que l'on appelle en français, Micro-organismes efficaces sont utiles dans de nombreux domaines, notamment dans celui de la culture des plantes.

Les Efficients Micro-organisms (EM) que l'on appelle en français, Micro-organismes efficaces sont utiles dans de nombreux domaines, notamment dans celui de la culture des plantes.

Les EM, c'est quoi ?
Il s'agit d'un mélange de Micro-organismes utiles et bénéfiques, trouvés dans la nature et qui ne sont pas manipulés. Les EM sont utilisés pour augmenter la résistance naturelle du sol, de l’eau, des plantes, des animaux et de l’homme.

Aérobie et anaérobie

Il existe différentes sortes de Micro-organismes Efficaces. Chacun à une tâche spécifique. Les Micro-organismes sont collectés dans la nature libre. Ils ne sont pas modifiés ni manipulés et ils sont cultivés d’une manière naturelle. Les EM c’est donc pure nature ! 

La particularité des EM se présente dans la combinaison de micro-organismes aérobie et anaérobie. Aérobie signifie ”vivre avec oxygène”et anaérobie veut dire “vivre sans oxygène”. Dans le monde scientifique on était toujours convaincu qu’il était impossible pour ces deux groupes de vivre ensemble puisqu’ils vivent dans des circonstances contradictoires. Les deux groupes se présentent naturellement dans le sol. Avant la découverte d’EM, il était évident de penser que les micro-organismes aérobies étaient les bon gars et les anaérobies les mauvais. Les deux groupes comprennent des éléments qui causent des maladies et des éléments qui contiennent des maladies.

Les organismes aérobies et anaérobies peuvent tout les deux transformer des substances en antioxydants. Ceux-ci exercent une influence favorable à la santé du sol, des plantes, de l’homme et de l’animal.

Les EM, ça fonctionne comment ?
L’EM est une substance vivante et ne fonctionne pas de la même façon qu’un antibiotique ou qu’un produit chimique. EM agrandit la population des micro-organismes favorables. L’EM ne tue pas. Ce n’est pas un antibiotique, mais justement un mélange de micro-organismes stimulant la vie (connu dans différentes préparations de repas comme : bière, vin, choucroute…etc.), aucun risque de surdosage !

L’EM fonctionne graduellement. Dépendant de l’application, l'effet peut arriver au bout de quelques heures (odeur déplaisante) jusque à parfois quelques années (p.ex. la fertilité du sol). Le fonctionnement des EM est pour la majeure partie basée sur la combinaison des micro-organismes fermentatifs. Les produits métabolistes, qui se développent pendant la fermentation, sont les antioxydants, les vitamines et les enzymes.

Pour faire renaître la vie dans un sol perturbé et le soustraire à la dominance oxydante, il faut remettre énergiquement en œuvre des processus antioxydants. On peut y parvenir en faisant intervenir massivement les EM, jusqu’à ce que le sol retrouve un état proche de l’équilibre. « Le secret des EM réside dans le fait qu’ils agissent (chacun dans leur domaine respectif et grâce à la variété et à la collaboration des différentes souches microbiennes qui les composent) dans le sens d’un retour au point d’équilibre… » (A.Lorch – Les micro-organismes efficaces au quotidien). En somme, les EM stimulent des forces positives dans leur environnement et favorise ainsi la croissance et le développement dans de nombreuses applications.

Les 5 familles d'EM

  1. Des bactéries d'acide lactique: Elles se distinguent par une puissante action stérilisante. Elle réduisent les micro-organismes nocifs et facilitent la décomposition des matières organiques.
    Elles peuvent entre autres prévenir la reproduction du Fusarium, une moisissure nocive.
  2. Des levures: Elles fabriquent des matières nutritives et antimicrobiennes nécessaires à la croissance des plantes. Leurs métabolites constituent la nourriture d'autres bactéries comme les bactéries d'acide lactique et les actinomycètes. 
  3. Des actinomycètes: Ils réduisent les moisissures nocives et peuvent cohabiter avec des bactéries photosynthétiques. Ensemble, ils augmentent la qualité du sol.
  4. Des bactéries photosynthétiques: Elles jouent un rôle capital dans les activités des EM. Grâce à la lumière du soleil et à la chaleur du sol, elles fabriquent des matières nutritives en transformant les émanations des racines, les engrais organiques et les gaz nocifs. Elles contribuent à une utilisation plus efficaces de la lumière du soleil, donc à une meilleure photosynthèse. Elles peuvent même fixer l'azote. Les plantes peuvent assimiler directement leurs produits métaboliques. Les bactéries photosynthétiques stimulent aussi la reproduction des autres bactéries.
  5. Des moisissures fermentantes: Elles décomposent rapidement les substances organiques et réduisent ainsi les mauvaises odeurs. Elles préviennent les dégâts causés par les insectes nocifs

Cette gamme diverse de micro-organismes a été élaborée à l’origine pour favoriser la croissance des végétaux. Ceux-ci s’avérant ainsi plus résistants à la sécheresse, aux parasites et diverses maladies. Les EM sont d’excellents pro biotiques et antioxydants qui permettent une fermentation positive, favorable aux êtres vivants.

Rendre vivant un substrat inerte

Le bon rendement commence avec un sol fertile en agriculture, et donc un sol vivant en
horticulture. Un bon départ est très important, il est donc essentiel d’installer les bases pour
une culture harmonieuse et optimale.

En floriculture et horticulture, les EM sont utilisés depuis déjà plusieurs années avec succès sur les cultures de pleine terre ou en pots (chrysanthèmes, roses) mais  aussi dans les cultures hors-sol ou hydroponiques, comme les tomates, fraises et fleurs diverses tout comme nos chères et tendres résineuses.

En utilisant les EM, tout substrats deviennent riches en substances nutritives, créant donc une vie bien plus active dans le sol. Dans l’obscurité de ce milieu vivant, se produisent des transformations et de ce fait, non seulement, des substances positives seront mieux absorbées par la plante, mais vont aussi participer à stimuler ses défenses immunitaires. Alors, la culture plus forte et en meilleure santé offrira d’une manière naturelle une récolte de qualité plus élevée.

Différents produits EM

EM-1 est la solution de base, sous forme liquide, obtenue à partir d’un assemblage (polyculture) de différentes souches de micro-organismes (plus de 80) naturellement présentes dans la nature, et sélectionnées par le professeur Teruo Higa, ce qui sera le point de départ de toutes les autres formes d’EM. L’EM1 se présente sous l’aspect d’un liquide brunâtre à l’odeur aigre-douce et un PH de 3,5. Ces EM sont en état de latence et s’activent par apport de matières carbonées.

EMa, nommé micro-organismes actif est donc une prolifération de l’EM obtenue par un apport supplémentaire de mélasse et d’eau, à 37°C. 1 litres d’EM permet de réaliser 30 litres d’EMa.

Céramique EM-X combine les propriétés positives de l’argile et celles des EM. Elle a un effet régénérant et stoppe l’oxydation. Cuite à haute température et à l’abri de l’air, elle ne contient plus d’EM vivants et agit donc par résonance vibratoire. On la trouve sous différente forme

(cylindre creux, bille, anneaux, poudre, autocollant) Une multitude d’utilisations est possible avec les céramiques.

Bokashi est un mot Japonais qui signifie matière organique fermentée. En ajoutant des EM à de la matière organique en milieu anaérobies, un processus de fermentation est rapidement transformé en substances assimilables (engrais, fumier)

On retrouve également bien d’autres produits utiles et complémentaires avec les EM dont nous parlerons dans de futurs sujets, tel que la Terra Preta ou le transfo-vital.

C’est un ami qui m’a parlé des EM il y a un peu plus de huit ans, et je les ai par la suite utilisés concrètement en Inde. Ensuite, j’ai commencé à les utiliser dans la culture de nombreuses plantes et plus particulièrement dans les protocoles de culture liés au cannabis. Depuis quelques temps, je constate de par les forums ainsi que les différentes rencontres, que des passionnés cultivent aussi avec des EM et d’autres techniques biodynamiques, et cela même en indoor, créant ainsi une coexistence encore plus forte, un partage et une diffusion des connaissances plus abondante et motivante. Il y a donc différentes recettes et utilisations.

Les EM pour le cannabis

Personnellement, je les utilise avec joie et suis de plus en plus motivé dans la compréhension et la recherche avec la culture de notre plante favorite. Surtout avec le genre sativa, plus une culture nécessite de temps, plus l’utilisation des EM est efficace. Ce que j’ai rapidement remarqué, c’est un aspect plus sain dans l’ensemble des cultures, des feuilles plus grandes et brillantes, les stomates bien ouverts et captant “positivement”. Les racines sont nettement plus robustes et d’un blanc éclatant et les fleurs bien plus résineuses et subtiles dans leurs parfums.

J’utilise les EM avec des engrais organiques en terre, coco et en hydroponie (TAM) ainsi qu’avec des engrais minéraux et avec le temps, tout naturellement, simplement, j’ai observé l’utilisation d’une plus faible quantité d’engrais. Les plantes n’en sont vraiment que plus belles, étincelantes et surtout plus productives. En somme, avec un EC plus faible, les plantes retranscrivent au mieux leur capital génétique, offrant des buds plus grasses et compactes et cela sans PK supplémentaire.

En exemple, lors de la germination des délicates graines, 1ml d’EMa par litres d’eau est apporté en vaporisation sur substrat humide ou lors de la levée dans un verre. La plantule est plus robuste dés le départ, et en combinaison avec certains champignons bénéfiques (Trichoderma sp. et Glomus sp.) le système racinaire n’en sera que plus sain et vigoureux.

En croissance et dans l’espace de conservations des pieds mère et boutures, une vaporisation régulière de 1 à 10 ml par litres d’eau. Dans le vaporisateur, est incorporé également une dizaine de tubes céramique EM-X. On peut augmenter les doses d’EMa jusqu’à plus de 20 ml par litres en cas de situations spécifiques (traitement phytosanitaire). L’EM1 peut également être apporté pour des cas particuliers comme un démarrage en gros pots, pour le nettoyage des espaces et box de croissance. Dans les pots de “vieilles mamans”, des céramiques en tubes sont incorporées au substrat (enrichi en bokashi) et une très légère dose de poudre EM-X est saupoudrée sur celui-ci.

En phase de floraison, par exemple, en culture hydroponique, quelques tubes céramiques (5 pour 10 litres) sont installés dans le réservoir. 1ml d’EMa par litre est apporté à la solution nutritive à chaque renouvellement. Je les utilise avec succès dans les systèmes de sub-irrigation type “ flux et reflux”, et constate une nette amélioration de la qualité de l’eau du réservoir, restant moins trouble et sans odeurs et cela sans système de filtration. Pour le rinçage, j’intègre aussi en dose légère, les EM.

Quand il y a traitement phytosanitaire, la combinaison des EM avec une eau de qualité et divers ajouts naturels selon les cas, reste très efficace. Dans le cas d’invasion d’araignées rouges, je vaporise de l’eau fraîche combinée à 20 ml/L d’EM1, cannelle, piment et ail. On peut bien sur utiliser les EMa pour ces traitements choc ou en préventif contre les maladies et parasites, mais personnellement et suivant les saisons, je ne les incorpore pas, préférant ne point ajouter de sucres, m’évitant ainsi l’apparition d’autres insectes tel que des fourmis…

Je vous encourage à découvrir les EM. Plusieurs distributeurs existent en France. Une association dynamique (EM-France) distribue un guide et je vous conseille la lecture de “Les micro-organismes efficaces au quotidien” de Anne Lorch, éditions Le Souffle d’Or.

J’ai également découvert un post motivant et complet sur le forum Cannaweed, écrit par Kyu et nommé “Le Bokashi composteur et Les EM (Micro-organismes Efficaces), une autre façon de faire son compost et ses engrais à la maison”. Sur le net, retrouvez également des informations sur les EM sur le site “Fleurs du bien”.

Le Bokashi

La formule de bokashisation à partir de déchets de cuisine s’avère particulièrement pratique puisqu’elle se fait à la maison, en effet, lors d’une bonne fermentation, rien ne pourrit et cela  ne dégage pas de mauvaises odeurs, chaleur. Quand un composteur de jardin offre un terreau en deux ans, un lombricomposteur en six mois, cet  activateur biologique nous fournit en un mois un “starter” bio.

Un kit est proposé à la vente. Il est composé d’un seau spéciale à fermeture hermétique, avec une fond percé amovible, et un robinet d’écoulement pour l’évacuation des liquides, est le plastique  du récipient contient de la poudre de céramique EM-X, qui est dynamisant. Est  fourni aussi un “sac démarreur ” (son activé)

La préparation du Bokashi :
Découpez les déchets de cuisine en petits morceaux, (meilleur décomposition) Saupoudrez une petite quantité de sons de riz activés sur le fond. Mettez une première couche de déchets, remettez 10 à 20 g de son par dessus et presser fermement et bien fermer en faisant le “vide d’air” . Chaque couche devra vraiment être bien tassée, l’idéal est de les recouvrir avec une matière lourde.Répétez ce processus en remplissant totalement le seau.. En plus du sons, rajouté un peu de céramique EM-X. Par la suite, évacuez quotidiennement le jus servant d’engrais végétal, à un dosage de 1/100.Il . Une fois le seau plein, laisser fermenter les déchets pendant deux à six semaines, la durée dépendant de la température ambiante. Les couleurs des déchets seront pâle et auront une teinte gris-brun clair. Parfois, on remarquera à la surface une fine couche de moisissure n’étant qu’une manifestation positive. Un bon bokashi et son jus d’écoulement ont une odeur aigre-douce.

On peut utiliser ce jus de bokashi rapidement., en croissance des jeunes plants, par voie foliaire, à raison de 2 ml /L d’eau osmosée en pulvérisation . Un dosage plus important risquerait de causer des brûlures au feuillage. On peut l’utiliser en arrosage (1 à 3 ml/L) et il est possible de l’intégrer dans les cultures hydroponiques, dans un réservoir bien brassé, on y ajoute de 100 à 200 ml / L d’eau.

Utilisation : Il est important de se rappeler que le bokashi à un Ph très faible (- de 4) et aurait une action très agressive pour les racines (brulure) et les feuilles (nécrose) et il faut attendre au minimum deux semaines, afin qu’il se “neutralise” (Ph7), métamorphosé en un substrat de qualité. En intérieur, on peut par exemple le mélanger à  de la terre ou fibre de coco d’anciennes cultures.

Il existe plusieurs solutions d’utilisation du bokashi, mais la plus simple en culture d’intérieur est de remplir à moitié le pot de terreau, complétez au ¾ de bokashi neutre, bien mélangé et recouvrir le tout avec de la terre ou fibre de coco, semez ou plantez trois à quatre semaines plus tard.

Trois type de recettes substrat EM :
Pour deux sacs de 50 litres light-mix, ajouter 200 ml d’EMa et 10 g de poudre de roche. Mélanger et vaporisez (5 à 10 ml/l)

Une terre “maison” ; mélangez 50 l de terre de qualité avec 20 l de compost vieilli et tamisé, y rajouter 5 l de charbon de bois non résineux et 25 l de fibre de coco.20 g de corne et 10 g de poudre de roche. Arrosez avec 200 ml d’EMa, et vaporisez avec 10 ml/l d’EM1.

Une  “super préparation” : en mélangeant 3 à 5 l de celle-ci à 100 l de substrat (coco, terre) : Mélanger,1kg de Bokashi finement tamisé, 400 g de poudre de roche, 40 g de poudre EM-X et de corne broyée, 3 l de fibre de coco, 1 l de charbon et de la mycorhize. Vaporisez EMa .

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.