Retour aux bases: les besoins des plantes

retour-aux-base
Ces dernières années, il y a beaucoup de battage médiatique et d'innovation dans la culture du cannabis. C'est génial de les suivre et d'essayer de nouvelles techniques, de nouveaux équipements et systèmes de culture. Cependant, le seul moyen d'obtenir une récolte spectaculaire est de ne jamais oublier les bases. Revenons-y et résumons à nouveau ce que de nombreux cultivateurs oublient parfois.

Photosynthèse

Je suis sûr que tout bon cultivateur connait le processus de photosynthèse. Du point de vue d’un humain, le fait le plus important est que ça produit de l’oxygène sans lequel nous ne pourrions pas vivre sur terre. Cependant, du point de vue de la plante, l’oxygène n’est qu’un produit secondaire. Dans le processus de photosynthèse, les plantes absorbent du dioxyde de carbone (CO2), de l’eau, des nutriments, des rayons photosynthétiquement actifs et de la chaleur qu’elles transforment en oxygène et hydrates de carbone. Alors qu’elles libèrent la majorité de l’oxygène dans l’air, elles utilisent les hydrates de carbone comme source d’énergie pour pousser et survivre. Plus la photosynthèse est bonne et rapide, plus la plante produit des hydrates de carbone. L’objectif principal de tout jardinier est d’encourager une photosynthèse aussi rapide que possible. Quand les conditions pour la photosynthèse sont optimales, les plantes ont plus d’énergie pour leur croissance et leur floraison. Le processus par lequel des composants non-organiques forment des structures complexes s’appelle l’assimilation.

retour-aux-bases
Les stomates des feuilles jouent un rôle clé dans le processus de transpiration.

Si une des composantes nécessaires à la photosynthèse manque ou est insuffisant, le processus ne se réalise que partiellement ou pas du tout. Si, par exemple, les plantes n’ont pas accès à la lumière, comme pendant la nuit, la photosynthèse n’a pas lieu. Mais même alors, les plantes continuent à utiliser de l’énergie pour maintenir leur fonction vitale. A ce stade, elles démontent les structures complexes sous forme d’hydrates de carbone en structures simples. Ce processus s’appelle la dissimilation et est l’exact opposé de l’assimilation. Si vous voulez que vos plantes utilisent leur énergie principalement pour croître et fleurir, vous devez minimiser la dissimilation et maximiser l’assimilation en encourageant et accélérant la photosynthèse. Vous pouvez y arriver en créant un climat approprié dans votre local de culture.

Eau

Les plantes, comme les gens, sont principalement composées d’eau. 70 à 80% du poids d’une plante fraiche est de l’eau qui joue un rôle clé dans diverses réactions métaboliques, y compris la photosynthèse. Cependant, jusqu’à 98% de l’eau ingérée s’évaporent par transpiration dans l’atmosphère. L’eau est fondamentale pour le transport de substances dans l’organisme de la plante. Elle dissout les nutriments et les transporte là où la plante en a besoin. Elle peut aussi rafraîchir la plante quand c’est nécessaire ou empêcher la température de chuter rapidement. La fonction de régulation thermique de l’eau peut être utilisée par les cultivateurs pour augmenter la présence de CO2. Dans un scénario idéal, de l’eau circule en permanence dans la plante, des racines aux feuilles où elle quitte la plante et est libérée dans l’atmosphère sous forme de vapeur. Ca ne serait pas possible sans une tension de surface de l’eau suffisante, permettant l’élévation capillaire, la transpiration et la flottabilité des racines.

Un arrosage inadéquat ralentit la croissance des plantes et d’importants manques en eau finissent par tuer la plante. Avec une bonne quantité d’humidité, la plante prospère. Avec trop d’eau, les racines, d’où la plante ingère ses nutriments, commencent à pourrir. Si l’excès se poursuit, la plante se met à gonfler et dans des cas extrêmes, elle pourrit et meurt complètement.

Retour-aux-bases
Une tête en bonne santé

Les plantes de cannabis absorbent l’eau via leurs racines, principalement par les poils fins sur la surface des racines qu’on appelle radicelles. Elles sont visibles à l’œil nu et le meilleur moment pour les observer est quand la graine germe sur du papier. Si vous voulez que les racines reçoivent la bonne quantité d’eau, vous devez créer les conditions optimales pour les racines. Cela signifie une température adéquate et suffisamment d’oxygène. Si la température est trop basse ou trop élevée dans la région racinaire, leur capacité d’absorption de l’eau diminue. Avec des températures extrêmes, elles se bloquent complètement.

Nutriments

La plupart des nutriments sont absorbés par les radicelles dans l’eau. Les plantes de cannabis, comme les autres plantes hautes, sont capables d’également absorber des nutriments par les feuilles. L’alimentation foliaire est principalement utilisée comme remède urgent dans le cas de carences ou pour apporter des oligoéléments et des vitamines supplémentaires aux plantes. Cependant, l’alimentation par les racines est beaucoup plus importante que celle par les feuilles. La source première de nutriments est le sol. Il contient différentes quantités de humus. Le humus est un ensemble de micro-organismes nécrotiques, de plantes, d’animaux et de champignons qui influence fortement la concentration des nutriments dans le sol et sa disponibilité pour les plantes. Les plantes n’absorbent pas les éléments nutritifs du sol selon la concentration qui y est présente. Face à la grande différence entre la concentration des nutriments dans le sol et les besoins des plantes, les racines ont la capacité de réguler l’ingestion de certaines particules nutritives séparément des autres. Il est également possible de cultiver des plantes sans terre, dans un substrat inerte, par ex. hydroponique ou aéroponique. Dans ce cas, tous les nutriments sont directement dissouts dans l’eau et distribués dans la zone racinaire.

Lumière

La lumière est un des éléments de base de la photosynthèse et les plantes en ont besoin pour vivre. Sans lumière adéquate, elles n’ont pas l’énergie pour la photosynthèse. Les plantes ne pousseront pas comme on le souhaite et on n’aura jamais la récolte dont on rêve. Pour les cultures indoors, la lumière artificielle est la première chose à laquelle il faut penser à rentabiliser au maximum. Les plantes sont équipées de trois pigments photosynthétiques principaux, capables d’utiliser l’énergie de la lumière. La Chlorophylle A absorbe la plupart de l’énergie des lumières bleues et rouges. La Chlorophylle B et C transfèrent et absorbent l’énergie de la Chlorophylle A. Les caroténoïdes font la même chose et protège l’appareil photosynthétique contre les dommages des radiations excessives. Pour les plantes, les radiations photosynthétiquement actives (PAR) sont nécessaires. La croissance des plantes dépendra de la quantité de PAR qu’elles recevront.

Air – CO2 et oxygène

Les plantes ont besoin de plus de CO2 que les humains et elles sont elles-mêmes capables de produire la quantité adéquate d’oxygène. Le manque d’un de ces deux éléments ralentit ou interrompt la croissance, fait jaunir les feuilles et maigrir les fleurs. Il est indispensable de régulièrement aérer le local de culture, pas seulement pour y apporter du CO2, mais aussi souvent pour maintenir la bonne température et humidité. Pour ça, restez toujours attentifs à la ventilation et au taux de CO2 dans votre local de culture.

Chaleur et humidité

Le cannabis a ses températures préférées et pousse en fonction des changements de température. Si vous ne lui assurez pas la température requise, il ne poussera pas comme vous le voulez. La température de jour doit vaciller entre 24 et 28°C (jamais plus de 32°C) et la nuit, elle ne doit pas tomber en-dessous des 16°C. L’humidité de l’air joue un rôle crucial dans le processus de transpiration. Il est nécessaire de contrôler l’humidité de l’air et la température ensemble pour obtenir les conditions optimales pour une photosynthèse rapide.

La vitesse de transpiration dépend, parmi d’autres choses, de la différence entre la pression de la vapeur d’eau à l’intérieur des feuilles et l’environnement extérieur (le déficit de pression de la vapeur – VPD). A l’intérieur de la feuille, il y a toujours 100% d’humidité et l’eau est présente sous forme liquide. Avant de passer dans l’atmosphère par la transpiration, l’eau sous la surface de la feuille se transforme en vapeur. Cela crée la pression mentionnée ci-dessus parce que la vapeur a besoin de beaucoup plus de place que l’eau. Le niveau de la pression de la vapeur d’eau à l’intérieur de la feuille dépend de sa température. Le VPD est déterminé par la température et l’humidité relative. Les valeurs de VPD suivantes sont recommandées pour une vitesse de transpiration optimale. Pour les clones et les jeunes pousses: 0,4-0,8 kPa; pour la fin de la croissance et le début de la floraison: 0,8-1,2 kPa; pour la seconde phase de floraison: 1,2-1,6 kPa. Pour plus d’information sur le VPD, relisez mon article précédent “Eau et plantes”.

Merci pour votre attention et restez branchés! 

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.
VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse