Comment cultiver du cannabis high grade

Comment cultiver du cannabis high grade
Danky Dank 57 est un cultivateur de l’est de la France qui se passionne pour le cannabis. Avec une expérience de 18 ans en outdoor et en indoor, ce fidèle lecteur de Soft Secrets nous donne aujourd’hui ses conseils pour obtenir du cannabis de qualité supérieure. 

SSFR : Quand as-tu commencé à cultiver du cannabis ?

Danky Dank : Je cultive depuis plus de 18 ans mais ce sont ces 10 dernières années que j’ai pu faire des cultures dignes de ce nom. J’ai fait germer mes premières graines a l’âge de 15 ans. Mon père et mes oncles sont rastas ( big up à mon père, Mory et Rudy). Je ne fumais pas encore mais mon père avait 2 plantes dont une de plus de 2 mètres qui m’hypnotisait dans la cour ! J’avais pu rapporter des graines de mes vacances à Toulouse, à coté de Metz là ou j’ai grandi. Les premiers résultats furent décevants mais j’avais donné une plante à mon meilleur pote qui a un jardin et lui avait eu une belle femelle, ce qui m’a incité a recommencer. J’ai récolté des one buds sur mon rebord de fenêtre l’année de mes 17 ans mais c’était à ce moment-là que de l’expérimentation. J’ai d’ailleurs beaucoup appris grâce au magazine Soft Secrets qui est depuis 2004 mon magazine préféré !

Quelles sont tes techniques de culture ?

Pendant des années, j’ai pu tester différentes techniques de cultures. En 2007, mon père avait déménagé depuis 2 ans dans dans une ferme dans l’Allier en pleine campagne et j’ai eu la chance de faire une session extérieure très enrichissante avec des clones de White Widow, des landraces ghanéennes et une Jamaican Kiki que mon père avait rapporté de ses voyages. Et une session en aéroponie avec les clones de WW qui avait pas réellement abouti du au manque d’expérience de l’époque (les plantes avaient trop grandi). Mais la récolte extérieure fut généreuse et de qualité !

Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin : le 25 décembre, la maison a pris feu a cause d’une erreur de ma soeur et le même jour, mon père s’est fait arrêter à sa correspondance à l’aéroport de Milan alors qu’il rentrait du Ghana avec 8kg d’herbe… Heureusement, il n’a fait qu’une partie de sa peine en Italie et a pu vite sortir.

Quelle est ta variété préférée ?

Plus tard, j’ai rejoint mon père à Toulouse. Nous sommes passés chez un de ses amis “BIM” qui gardait des clones de Jamaican Kiki, qui est encore aujourd’hui la meilleur variété que j’ai jamais fumé et ma préférée ! Il la cultivait en hydro bio ! Elle est hélas perdue aujourd’hui. French Touch Seeds a une autre version mais différente…

Quel système d’éclairage utilises-tu ?

J’ai testé presque tous les systèmes d’éclairage. J’ai fait des cultures sous CFL, MH, HPS, LED. J’utilise 2 CMH 315w en ce moment mais je passerai certainement aux LEDs full spectrum dans le futur.

Quels sont tes conseils pour les cultivateurs débutants ?

La plupart des cultivateurs croient améliorer leur qualité en ajoutant des engrais liquides qui, mal utilisés, produisent l’effet inverse de ce qu’ils cherchent. Mal utilisés, ces engrais viennent détruire le peu d’équilibre qui essayait de se former dans le sol ! Dans la nature il n’y a ni engrais liquide, ni PK ni booster ! Tout ce qui agit, c’est la vie du sol qui digère les éléments dans la terre et les résultats sont extraordinaires ! Il suffit d’imiter ce qu’il se passe dans la nature.

J’ajoute souvent de 2 semaines à plus d’un mois de flo à ce qui est conseillé par le breeder, surtout en terre où la maturation peut prendre plus de temps. En maîtrisant tous les paramètres de culture et en utilisant ces simples techniques, vous allez voir la différence ! Sii tous les paramètres sont respectés, vous laisserez plus de temps pour la fabrication de terpènes, de cannabinoïdes et vos plantes pourront exprimer tout leur potentiel génétique plus facilement. Le moindre paramètre négligé se traduira par une perte de qualité. Les plantes ajustent continuellement leurs stomates s’adaptant au niveau d‘humidité. Une hygrométrie trop haute empêche les plantes de boire correctement même si leur stomates restent ouverts et empêchent l’absorption de nutriments ce qui affaiblira fortement la qualité. Une humidité trop basse fera fermer leur stomates pour limiter la transpiration trop élevée pour limiter la perte d’eau. Cela ralentit la photosynthèse et la croissance.

Je fais depuis quelques années de l’hydroponie. Les rendements sont supérieurs et en combinant ce que j’appliquais à mes plantes en terre, j’ai toujours des qualités supérieures a tout ce qu’on peut trouver à Amsterdam ! J’’utilise la gamme Dutch Fomula de Advanced Hydroponic Of Holland qui est une très bonne marque d’engrais. Je n’utilise pas de forte concentration d’EC comme la plupart des growers.

Par Olivier F

Par Olivier F

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.
VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse