Cannabis: les scientifiques découvrent pourquoi il donne si faim

La dalle du fonse-dé

Des chercheurs ont décelé le mécanisme à l'origine de l'intense sensation de faim générée par consommation de cannabis. 

 Ceux qui ont déjà goûté à la marijuana le savent :  le cannabis provoque d’intenses fringales, connues sous le nom anglais de « munchies » – ou, en français,  de « dalle du fonse-dé » (ver-lan de ‘défoncé’), dans le langage familier des jeunes consommateurs de marijuana.

C'est aussi cet effet sur l'appétit qui est à l'origine de certains usages thérapeutiques du cannabis. Certains patients parviennent ainsi à limiter les effets secondaires anorexigènes des chimiothérapies et trithérapies. Dans les pays qui l’autorisent, le dronabinol, une version synthétique du THC (tetrahydrocannabinol), l’un des principes actifs du cannabis, peut être prescrits aux patients.

Mais pourquoi donc le cannabis donne-t-il si faim ? Des chercheurs de la Yale School of Medicine, dans le Tennessee (Etats-Unis), viennent de percer ce mystère. Les résultats de leur recherche ont été publiés dans la revue Nature.

Quand le cannabis détourne un circuit neuronal
En observant le cerveau des souris ayant ingéré du THC, les scientifiques ont réussi à identifier le réseau de neurones en cause. Situées dans l’hypothalamus, ces cellules nerveuses , connues sous le nom de « neurones POMC », contrôlent l’appétit et apportent un sentiment de satiété au sujet lucide. C’est grâce à elles que nous ne mangeons pas continuellement. Or, la prise de marijuana agirait précisément sur ce circuit neuronal en « désactivant »  sa fonction initiale, et en dévoyant son rôle.

« Nous étions très surpris de voir que ces neurones, qui d’habitude suppriment l’appétit, pouvaient soudainement envoyer des messages de faim – et ce, même si le sujet est à satiété. C’est comme si le cannabis dupait tout le système nerveux central responsable de l’alimentation », expliquent-ils. Selon les auteurs, ce serait les neuro-récepteur aux cannabinoïdes, les CB1R, qui seraient à l'origine de cette action.

Traiter la boulimie
Au-delà de leur valeur purement intellectuelle, ces travaux pourraient guider les recherches sur les médicaments contre les troubles alimentaires. Selon leurs auteurs, ils constituent également une piste dans le traitement de la boulimie et de la suralimentation, que l’on pourrait contrôler en agissant sur le réseau de neurones POMC. « Mais d’autres études sont nécessaires sur la question », modèrent-ils.
Source : http://www.pourquoidocteur.fr

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.
VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse