Démarrer sa culture en Sol Vivant. Amélioration des cultures.

Exitable
30 Oct 2019
Vous pouvez obtenir bien plus de succès en tant qu'équipe que tout seul. Alors,  pourquoi ne pas recruter de nouveaux membres dans l'équipe ? En utilisant un sol «vivant» ou «sans labour» comme support de culture et en ajoutant des organismes bénéfiques, vous pouvez améliorer l’état de votre culture du cannabis et finalement, de votre récolte entière.

L'utilisation des sols vivants présente certains avantages, notamment l'absorption plus facile des nutriments par les racines des plantes, la fréquence d'arrosage réduite, l'érosion limitée, l'amélioration de l'aération et une protection supplémentaire contre les organismes nuisibles plus dangereux pour nos précieuses cultures.

Un organisme vivant

La croissance de plantes de cannabis dans des pots/contenants utilisant de la terre organique nécessite un changement radical de mentalité par rapport aux techniques plus conventionnelles, qui utilisent des engrais en bouteille pour nourrir les plantes directement avec des nutriments ioniques. Nous parlons d’un écosystème vivant, après tout.

Par exemple, le «rinçage» (ou le ruissellement) n'est jamais nécessaire, car vous n'appliquez aucun sel dans votre sol pendant le processus d'irrigation / arrosage tout au long du cycle. De plus, si vous cultivez votre cannabis dans un sol vivant et bien entretenu, il n’est pas nécessaire de tester le pH de l’eau ou les niveaux d’EC.Le pH atteindra un équilibre grâce aux interactions de la plante et des microbes qui soutiennent sa croissance dans le sol. Ne paniquez pas!

La croissance biologique dans un sol vivant requiert suffisamment de volume pour maintenir une communauté microbiologique active et en bonne santé, qui solubilise de manière constante les nutriments organiques sous une forme disponible pour la ganja. Cela est vrai tout au long du cycle de croissance. La vie microscopique contenue dans la Terre est l’un des secrets les mieux gardés de la nature;

Le sol vivant est la communauté d'organismes qui travaillent ensemble pour décomposer la matière organique du sol, ce qui, à son tour, fournit une nutrition précieuse aux plantes et aux autres organismes environnants.Ce sol sans labour fonctionne comme son propre écosystème, se nourrissant lui-même et nourrissant les plantes qui le composent à travers un «réseau alimentaire du sol» composé de bactéries, de champignons, de protozoaires, de nématodes, de vers de terre, des anthropoïdes et d’une pléthore d’autres organismes vivants.

Le processus de décomposition suit le même chemin: la matière organique s'accumule sur le sol où les décomposeurs comme les les bactéries, les champignons et les nématodes la décomposent rapidement a l’échelle microscopique. 

Ensuite, des organismes comme les nématodes et les protozoaires viennent seuls et se nourrissent de bactéries, de champignons, puis les anthropoïdes (petits insectes) viennent se régaler jusqu'à ce que les petits animaux les consomment.

Ainsi, la chaîne alimentaire suit son processus de l’infiniment petit, a nous. Le processus convertit les nutriments en différentes formes, les rendant facilement accessibles aux plantes par le biais de leur système racinaire (exsudats)

Un sol qui ne contient pas d’organismes bénéfiques n’est pas vivant et nécessite une supplémentation nutritionnelle par le biais de préparations botaniques et de thés de compost. Bien que de nombreux engrais organiques vendus dans le commerce fournissent une bonne partie des nutriments dont les plantes ont besoin pour s'épanouir, le processus naturel du sol vivant est à la fois plus sûr (pas de soucis pour les plantes qui brûlent suite à une surexposition aux engrais par exemple) et plus efficace (l'alimentation des plantes est un sous-produit naturel du processus plus complet).

La nature est très bien faite, et chaque chose est parfaitement à sa place. Non seulement cela, mais les vers et les insectes vivant dans le sol aident à le maintenir aéré, ce qui aide les racines à s'étirer et aide les plantes à pousser de manière volumineuse et en très belle santée. Les organismes du sol aident également à contrôler les nuisibles et à améliorer la rétention d'eau, réduisant ainsi l'attention nécessaire pour faire pousser de grandes cultures de cannabis comparer à des cultures conventionnelles.

[caption id="attachment_71477" align="alignnone" width="780"]Démarrer-sa-culture-en-Sol-Vivant Une culture en sol vivant en parfait équilibre (@edelgreenswissfarm)[/caption]  

Pourquoi Notill (non-labour) ?

Le labourage accélère le processus de décomposition mais réduit également considérablement la durée de vie des organismes vivant dans le sol.Essentiellement, le labour excessif tue les organismes vivant dans le sol plutôt que de les nourrir.Au lieu de travailler votre sol, il est important de le laisser faire ce qui permet à d’autres matières organiques de s'accumuler à la surface du sol.

Mère Nature prendra le relais en attirant naturellement les matières solides dans le sol pour augmenter la quantité de matière organique active dans le sol, améliorant ainsi le CEC des sols cultivés.

Étant donné que la matière organique constitue l'unique source d'énergie et de nutrition, il est bénéfique d'améliorer ce paramètre dans vos cultures.

Comment créer un sol vivant pour votre culture de cannabis

Bien qu'il puisse sembler contre-productif et risquer d'ajouter des organismes vivants, des bactéries et des champignons à votre culture de cannabis, ce n'est certainement pas le cas dans la pratique et les faits.En fait, certains des meilleurs cannabis dans le monde sont cultivés en utilisant un sol vivant, riche en nutriment permettant au plante d’exprimer le maximum de leurs potentiel génétique.

Cultiver vos plantes dans un sol vivant peut considérablement augmenter la qualité de vos fleurs. 

Lorsque le sol lui-même travaille à la fois pour nourrir et protéger la plante, il n’est guère besoin de pesticides, de fongicides ou d’engrais sévères supplémentaires comme dans l’agriculture conventionnelle.

[caption id="attachment_71475" align="alignnone" width="780"]Démarrer-sa-culture-en-Sol-Vivant Les micro-organismes sont un élément clé d'un sol[/caption]

Travailler sur des détails

La taille optimale du conteneur pour votre culture sera directement liée à la taille et à l'âge de la plante.Un clone placé en phase végétative pendant 4 semaines, qui est ensuite autorisé à fleurir pendant 8 semaines supplémentaires, atteindra son plein potentiel dans un pot rempli d’un magnifique mix pour Notill Living Soil de 50L minimum.Cette taille permettra à la plante de puiser dans une alimentation équilibrée en vitamines, minéraux et autres oligo-oligo-éléments et nutriments.

Cependant, si vous mettez une plante en extérieur pour un cycle complet dans le même contenant, et le processus de croissance prendra deux fois plus longtemps.Et dans ce cas, il se peut que la microbiologie ne réponde pas aux exigences de la plante alors, planifiez en conséquence;Assurez-vous de vous donner suffisamment de volume de sol pour la taille et la longueur de saison.

Bien que la recette du sol spécifique varie selon le cultivateur et c’est souvent un secret bien gardé, tout sol vivant comprend les éléments suivants:

Minéraux

Les minéraux qui composent le sol peuvent être divisés en trois catégories: argile, sable et limon.

Différents rapports de minéraux peuvent affecter la densité du sol et d’autres caractéristiques le rendant plus ou moins attrayant pour la production de cannabis.

[caption id="attachment_71476" align="alignnone" width="780"]Démarrer-sa-culture-en-Sol-Vivant Le labourage réduit la durée de vie des organismes présents dans le sol (KisGround)[/caption]

Eau

Comme tous les êtres vivants, le sol a besoin d'eau pour vivre.Le sol utilise l'eau de trois manières suivantes: en coulant le long du chemin le plus rapide et simple pour apporter de l'eau et des nutriments aux racines des plantes, en se stockant elle-même dans des minéraux poreux pour une utilisation ultérieure ( comme des bulles d’eau dans coincées dans les roches du sol ), et en fournissant de l'eau aux microbes pour leur permettre de se développer et de contribuer efficacement à la santé du sol.

Une eau de qualité est primordiale, on pourrait écrire tout un article a son sujet tant son importante et ce qu’il faut savoir est vaste.

Le chlore et la chloramine présentent dans l’eau du robinet tue la vie du sol, filtrez votre eau toujours avant.

Air

La vie en milieu dit aérobie, du sol nécessite de l'oxygène pour survivre. En raison du cycle complexe faisant fonctionner le sol vivant sans labour, l'air et l'humidité sont constamment recyclés dans le sol pour maintenir les racines oxygénées, ce qui permet la respiration et une meilleure photosynthèse des plantes

Matière organique

La matière organique constitue la base de toute nutrition dont vos plantes auront besoin. Par conséquent, son importance ne peut être sous-estimée. Composé de matières végétales ou animales en décomposition, les additifs organiques du sol doivent être décomposés par des micro-organismes si l'on souhaite que les plantes les utilisent. Les additifs organiques courants du sol comprennent le compost, les résidus de coupe des plantes et leurs tronc/branches, le fumier, les déjections de vers de terre et une multitudes d’autres produits naturels.

Micro-organismes

Les micro-organismes sont la clé pour convertir la matière organique en une nutrition utilisable pour vos plantes, mais tous les micro-organismes ne sont pas créés égaux. Les seuls micro-organismes qui devraient être introduits dans votre sol sont les microbes aérobies (respirant l’oxygène).

Les microorganismes anaérobies tels que Clostridium, par exemple, détruisent les bactéries utiles tout en favorisant la croissance de bactéries pathogènes pour les cultures. Les bactéries aérobies, quant à elles, digèrent entièrement les composés organiques par le biais de leur processus de respiration, améliorant ainsi l'efficacité métabolique du système de culture.

Les bactéries aérobies courantes utilisées dans la culture du cannabis peuvent inclure des bactéries sécrétant du sélénium, du bore et de l'azote, qui peuvent être ajoutées au sol dans de plus grandes concentrations à l'aide de thé de compost.

La culture du cannabis a parcouru un long chemin depuis les années 1960 et 1970, produisant des fleurs plus grosses et plus résineuses que beaucoup de fleurs d’hier, mais une chose que nous avons apprise dans notre quête du meilleurs cannabis est que Dame Nature a eu raison depuis le début.

Que ce soit en plein air ou dans une salle de culture indoor bien contrôlée, nourrir le cannabis avec une terre vivante est peut-être le meilleur moyen d'obtenir des résultats impressionnants avec un minimum d’effort.

Instagram : @Greengrassco

E
Exitable