Vaporiser de l’huile de THC. Une forme alternative de consommation

Vaporiser-de-l’huile-de-THC
Le cannabis est une plante polyvalente à tous niveaux, et sa consommation peut s’adapter facilement à tous les besoins. Tout le monde peut en profiter, son champ d’applications est vaste. Il est bien connu qu’on peut manger, fumer ou vaporiser (“vapoter”) la marijuana.

Manger ou vapoter le cannabis sont des formes de consommation plus saines que de rouler un joint. C’est pour cette raison que de nombreux consommateurs les préfèrent. Le vapotage, quant à lui, élimine certains des problèmes les plus fréquents que rencontrent les fumeurs de marijuana : la combustion et le tabac.

Cet article décrit certaines des étapes de la fabrication de l’huile de THC pour les cigarettes électroniques, et s’attache particulièrement aux cigarettes qui ont une cartouche jetable, celles qu’on appelle sur le marché les « stylos de vapotage ».

Qu’est-ce qu’une cigarette électronique ?

Une cigarette électronique – souvent dite e-cigarette – est un dispositif qui comprend une pile, un pulvérisateur et une cartouche. La pile fournit l’énergie qui fait fonctionner le pulvérisateur, l’élément principal de l’e-cigarette. Il consiste en une résistance qui chauffe le liquide à basse température contenu dans la cartouche, créant ainsi de la vapeur qui sera inhalée.

Vaporiser-de-l’huile-de-THC
Huile de THC pour vapotage

Qu’est-ce que l’huile de THC pour vapotage ?

L’huile pour vapotage est un concentré de cannabinoïde à l’état liquide qui peut être consommé via une e-cigarette.

L’huile de THC pour vapotage est obtenue par extraction des éléments actifs contenus dans le cannabis, par dilution dans un solvant.

La résine est une substance huileuse très visqueuse, qui ne peut pas être consommée avec une e-cigarette telle quelle, il faut la diluer dans un solvant qui la rend plus fluide.

Les solvants

Parmi les solvants les plus courants, on trouve le propylène glycol (PG) la glycérine végétale (GV), et les triglycérides à chaîne moyenne (TCM). Les deux premiers ont été très utilisés aux débuts, mais leur usage a diminué car ils avaient tendance à affecter le goût. Certaines enquêtes ont également relevé la possibilité d’effets secondaires avec l’utilisation du PG et de la GV.

L’huile de TMC est obtenue en raffinant l’huile de coco, par une technique de distillation innovante et 100% naturelle. Cette huile n’a pas de goût et reste à l’état liquide même à basse température. Différents degrés de raffinage donnent des types d’huiles de TMC différents, qui peuvent convenir à des usages divers. L’huile C8-TMC est très appréciée des producteurs d’huile de THC pour vapotage. La cigarette électronique étant une tendance récente, il n’y a pas encore d’études rigoureuses qui puissent identifier les possibles effets secondaires d’une longue exposition à ces types de solvants.

Les terpènes sont une autre classe de solvants. De nombreux producteurs d’huile de THC pour vapotage utilisent les terpènes comme base pour diluer les cannabinoïdes. Bien que les terpènes les plus courants soient de qualité alimentaire, les meilleurs sont ceux qui sont issus des plantes de cannabis. Le profil des terpènes de cannabis est identique à celui de la plante dont ils proviennent (alors que les terpènes de qualité alimentaire ressembleront vaguement à ceux d’une variété spécifique). Les terpènes de qualité alimentaire doivent être dosés de façon très précise, car ils peuvent modifier considérablement les propriétés organoleptiques d’un extrait.

Comme les terpènes sont très volatiles, ils sont moins néfastes que d’autres types de solvants.

Vaporiser-de-l’huile-de-THC
Quelques modèles de cigarettes électroniques et de cartouches

Comment faire de l’huile de THC pour vapotage ?

Il existe plusieurs techniques pour produire de l’huile de cannabis, notamment la macération de la marijuana, l’infusion de la marijuana, ou l’utilisation de la rosin.

Le solvant que nous avons utilisé pour nos tests, comme base de la solution finale était l’huile C8-TMC

Les techniques de macération et d’infusion ont déjà été décrites dans le Soft Secrets numéro 1 de 2016. Dans ce cas, on a utilisé de la glycérine végétale comme solvant. On trouvera ci-dessous un résumé de trois techniques d’extraction.

Des trois méthodes, la macération est la plus longue. Les têtes de marijuana sont d’abord décarboxylées, puis complètement immergées dans de l’huile de TMC, où elles macèrent pendant au moins 60 jours. La solution d’huile de marijuana est ensuite filtrée par un filtre en tissu pour ôter les particules de plantes de la solution. Quand on utilise cette technique, la marijuana doit être décarboxylée pour transformer les cannabinoïdes de façon à ce qu’ils puissent être assimilés par le corps humain. Pour décarboxyler la marijuana, il faut cuire les têtes au four pendant 10 minutes à 120°C. Nous ne recommandons pas cette méthode, car la décarboxylation au four affecte fortement les propriétés organoleptiques de la marijuana.

L’infusion signifie d’immerger les têtes dans de l’huile de TMC, puis de les cuire au bain-marie pendant 30 minutes à 85°C. Dans ce cas, la marijuana est décarboxylée pendant la cuisson. La solution est ensuite refroidie et filtrée avec un filtre en tissu.

La façon la plus simple et la plus efficace de faire de l’huile de THC est d’utiliser de la rosin. Ce type de concentré de marijuana est déjà décarboxylé et se dilue aisément dans n’importe quel solvant, comme par exemple l’huile  de TMC. On trouvera ci-dessous une description du processus d’extraction avec du Rosin.

Qu’est-ce que le Rosin et comment le fabriquer ?

Le Rosin est un concentré de cannabis sans résidus, très riche en cannabinoïdes et en terpènes. On l’obtient par extraction mécanique, sans utiliser de solvants. Elle peut être extraite à partir de têtes de marijuana, ou d’autres concentrés, comme l’Ice-o-lator et le Dry Sift.

Habituellement, on place le matériel de base dans un sac filtrant et on le pose au centre d’une feuille de papier de cuisson, qu’on replie ensuite sur elle-même. La feuille contenant le sac filtrant est alors pressée avec un fer à cheveux ou une presse à rosin pendant 1 à 3 minutes, à une température entre 70 à 110°C, selon le type d’extraction qu’on souhaite obtenir. A la fin de l’opération, la rosin sera entièrement étalée dans le papier de cuisson et on pourra la récolter.

Comme matière première pour notre test d’extraction, nous avons utilisé 10 grammes d’Ice-o-lator à large spectre de Jefferson OG, une variété fruitée aux nuances de pêche. Le produit a été placé dans un sac filtrant, puis comprimé avec une presse à rosin pendant 3 minutes à 85°C. Après le pressage, la feuille de papier de cuisson (avec le sac filtrant) a été retirée des plaques de la presse pour recueillir l’extrait de rosin, et déplacée pour l’étape suivante. Le sac filtrant a été pressé deux fois supplémentaires pour extraire complètement la résine contenue dans l’Ice-o-lator de départ. Nous avons obtenu une récolte finale de 70% sur la balance, c’est-à-dire environ 7 grammes de rosin.

Préparation du jus de THC pour vapotage

Pour réaliser de l’huile de THC pour cigarette électronique, il faut :

  • De la rosin
  • De l’huile C8-TMC
  • Une plaque chauffante réglable
  • Une casserole en acier
  • Un thermomètre laser
  • Un récipient en verre borosilicate de 50ml
  • Un tampon en acier
  • Une seringue avec cathéter
  • Des cartouches pour e-cigarettes d’1ml

Le liquide préparé était basé sur une huile de rosin-pour-TMC avec une proportion de1:1, ce qui veut dire que pour 1 gramme de rosin, on a utilisé 1 millilitre de TMC, ce qui a donné un liquide très concentré.

En d’autres termes, pour 7 grammes de rosin, nous avons utilisé 7 millilitres d’huile pour obtenir 14 millilitres d’huile de THC.

Vaporiser-de-l’huile-de-THC
Stylo pour vapotage

Quelles sont les étapes, pas à pas ?

  • Mettre un peu d’eau dans la casserole
  • Placer le récipient en verre borosilicate au centre de la casserole
  • Le niveau d’eau dans la casserole doit être plus bas que le col du pot, comme dans un bain-marie
  • Avec la seringue à cathéter, prendre la quantité désirée d’huile de TMC et la verser dans le récipient en verre borosilicate
  • Il est important d’utiliser au moins 1 ml par gramme pour produire le liquide concentré, pour qu’il puisse être utilisé dans une cigarette électronique
  • Augmenter la chaleur de la plaque pour chauffer l’huile de TMC dans le bain-marie
  • Vérifier la température de l’huile avec un thermomètre laser (la température idéale se situe entre 30 et 40°)
  • Ajouter la rosin à l’huile de TMC et mélanger avec le tampon jusqu’à ce que la rosin soit complètement dissoute
  • Laisser la solution refroidir avant de la prélever avec la seringue à cathéter
  • N.B. : il faut une aiguille pour l’étape suivante
  • Injecter la solution obtenue dans les cartouches d’1 ml

Les proportions citées sont calculées pour travailler avec une cigarette électronique stylo, elles peuvent varier selon les besoins de chaque consommateur.

Panorama des cartouches

Quand on choisit des cartouches, il est important de savoir de quel matériel elles sont faites, et quel type de pulvérisateur est utilisé. Les cartouches peuvent être en plastique ou en verre. Les cartouches en verre sont préférables, car elles résistent mieux aux déformations provoquées par les températures élevées. Le pulvérisateur est l’élément le plus important d’une cigarette électronique.  Les premières cartouches qui sont apparues sur le marché avaient une mèche, un fil de coton connecté à une résistance. Le liquide qui imprégnait le coton était chauffé par la résistance et produisait de la vapeur. Ce système ne convient pas pour vaporiser des concentrés de THC.

Les cartouches sans mèche doivent être utilisées, et les meilleures cartouches sur le marché sont les CCELL, qui comprennent des éléments chauffants en céramique, qui conservent le goût réel de l’huile de THC quand elle est vaporisée.

La plupart des cartouches ont une mèche de 510, qui peut être adaptée aux piles les plus courantes.

Un pen pour vaporiser du HTFSE

Aux Etats-Unis, la marijuana est légale dans des nombreux Etats. Certaines entreprises produisent un type de concentré appelé HTFSE, acronyme de  “Extrait à spectre complet riche en terpènes” qu’on peut aussi utiliser avec des cigarettes électroniques. Ce concentré de cannabis contient la gamme complète des cannabinoïdes et des terpènes qui sont présents dans une plante vivante. Le processus d’extraction pour obtenir ce concentré vise à conserver le spectre complet de tous les composants présents dans les trichomes glandulaires, sans altérer leur état naturel. Les concentrés de HTFSE sont dans aucun doute l’avenir des extraits de cannabis.

Vaporiser de l’huile de THC avec une cigarette électronique est une façon plus saine de savourer le plaisir du cannabis. C’est également plus sûr et plus discret, et permet de contourner l’interdiction de la marijuana.

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.