Monter votre propre production de graines

Avez-vous déjà pensé à produire vous-même des graines? Voulez-vous savoir quelles méthodes utilisent les banques de semences les plus connues? Si la réponse à ces deux questions est “oui”, lisez cet article. Certaines informations sur les méthodes de production et le breeding de graines peuvent être utiles dans le futur pour obtenir de nouvelles variétés, ou produire soi-même des graines de qualité.      Mr. José ( info@mrjose.eu)

Des plantes femelles au début de la période de floraison.

On suppose que la plupart des cultivateurs ont déjà eu l’expérience que des graines soient produites dans leurs cultures, ce qui est assez fréquent en extérieur, même dans le cas d’un cannabis féminisé. Pour que de nouvelles graines soient produites, la plante femelle doit être pollinisée par une plante mâle au début de la période de floraison. Dans la culture d’intérieur, la meilleure période pour recevoir le pollen se situe entre la deuxième et la quatrième semaine de floraison, alors que pour les cultures d’extérieur, la période idéale est celle où les fleurs commencent à se former, donc aux alentours de la quatrième semaine selon la variété. Mais le plus important n’est pas de déterminer la période exacte. Les cultivateurs peuvent simplement commencer le processus de pollinisation au moment où le pollen commence à s’échapper des fleurs des plantes mâles. Comme le veut la nature, les plantes mâles mûrissent de façon précoce pour assurer que les femelles reçoivent le pollen à temps. Une condition de base pour produire soi-même des graines est donc de cultiver des plantes femelles et des plantes mâles.

Reproduire les graines

Si vous avez des graines d’une variété qui répond à vos attentes et que vous souhaitez en avoir davantage, vous pouvez les reproduire. Pour ce faire, il vous faut des graines non féminisées, car ces dernières ne pourraient pas produire les mâles requis. Pour reproduire les graines vous-mêmes, vous devez disposer d’au moins 10 plantes pour avoir une marge de sélection suffisante. Plus vous avez de plantes à cultiver, meilleure sera la sélection. Plantez vos graines et observez comment chaque plante se développe. Pour obtenir des graines de haute qualité, il ne faut sélectionner qu’une seule mâle et une seule femelle robustes. Retirez les plantes faibles et/ou déficientes de votre espace de culture (cette règle s’applique tant aux cultures d’extérieur que d’intérieur sous lampes). Poursuivez votre sélection jusqu’à ce qu’il ne reste que les plantes les plus robustes. Si vous n’en avez planté que 10, il ne vous restera sans doute qu’une mâle et une femelle à la fin du processus. Plus important, il faut sélectionner la plus vigoureuse des plantes mâles pour que le pollen produit suffise pour toutes les femelles. Une plante male est mûre quand ses fleurs libèrent une poudre de couleur jaunâtre/verdâtre. Pour obtenir le plus grand nombre de graines possible, il est conseillé de stimuler la pollinisation naturelle. Utilisez une brosse tempera. Introduisez la brosse dans la fleur mâle puis transférez le pollen dans la fleur femelle. Une méthode plus brutale mais efficace consiste à couper la plante mâle ou une de ses branches et à répandre directement le pollen sur la femelle. À la fin de la pollinisation, concentrez votre attention sur les plantes femelles pollinisées et soignez-les bien jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à être récoltées. Si vous suivez bien la procédure, les plantes femelles seront pleines de graines. Avant de récolter, il faut vérifier que les graines sont mûres. Elles ne doivent être ni vertes, ni blanches. Une graine mûre a tendance à sortir de sa coque. Quand elle se fissure, on voit sa couleur brun feu, semblable à celle des graines qui ont été plantées au début du processus.
SI vous suivez la méthode de reproduction décrite ci-dessus, vous devriez obtenir des dizaines, voire des centaines de graines d’une même variété, que vous pourrez utiliser pour d’autres reproductions ou pour les cultiver. Pour les reproduire une nouvelle fois, il faudra d’abord sélectionner les graines générées par les plantes les plus robustes et les plus saines. La sélection des graines est très importante et toutes les banques de semences la pratiquent. Plus il y a des plantes, meilleure sera la sélection, et plus nombreuses seront vos chances d’obtenir à chaque fois des graines de meilleure qualité.

Une plante de cannabis adulte, le pollen s’échappe librement de ses fleurs.

Le breeding des plantes

La production de graines est associée aux techniques de breeding. Le breeding n’est pas une simple reproduction de semences. Au lieu d’utiliser des graines d’une même variété, on emploie un mélange de graines différentes pour obtenir de nouvelles variétés qui aient des caractéristiques différentes, héritées de leurs parents. On obtient le meilleur résultat génétique quand la plante finale hérite des qualités des variétés originelles, ou quand les caractéristiques désirées sont rencontrées (par exemple mûrir sous des climats froids, résister aux maladies, produire des récoltes plus importantes, etc.).

Pollen s’échappant d’une plante mâle.

À l’inverse, on peut obtenir sans le vouloir une nouvelle variété qui n’ait pas des caractéristiques équilibrées ou permanentes, et donc des plantes qui ne grandissent pas à la même vitesse ou n’aient pas une production constante, ou des défauts génétiques qui apparaissent dans les générations suivantes. Il est évidemment long et très difficile de produire une nouvelle variété de bonne qualité qui soit également stable, vu que le croisement prend du temps. Pour que la nouvelle variété soit stable, il faut qu’il y ait un croisement avec le parent femelle. Supposons qu’on veuille croiser une White Widow (WW) avec une Jack Herrer (JH), si on a une WW femelle et une JH mâle, la femelle de la génération suivante devra être croisée une nouvelle fois avec la JH mâle. Le même processus devra être répété avec l’autre génération de graines. Et on trouvera sans aucun doute plusieurs différences dans la nouvelle variété. Le breeding implique un processus long et complexe, et l’introduction d’une nouvelle variété sur le marché est souvent le résultat d’années de dur labeur.
Revenons maintenant au breeding fait maison. Supposons qu’on veuille tester comment se comporteront deux variétés qui sont croisées de façon artisanale. Cette expérience nous aidera à comprendre comment les variétés s’influencent l’une l’autre dès le premier croisement. On ne voudra peut-être pas lancer un nouveau business à partir de cette expérience, il suffira donc d’appliquer la règle de n’utiliser qu’une plante femelle et une plante mâle robustes. On peut facilement reconnaître une mâle de qualité par sa structure et son odeur. Pour la sentir, frottez la tige de la plante mâle adulte et reniflez, elle devrait avoir une forte odeur de résine. Si votre mâle est d’excellente qualité, il faut conserver son pollen pour un usage futur. Récoltez le pollen dans une boîte ou un sachet, laissez-le un peu sécher à température ambiante, puis mettez-le au congélateur. Le pollen peut être utilisé pendant plusieurs mois. Une température élevée et l’humidité détériorent rapidement ses propriétés. Quand on récolte le pollen dans un sac, il faut faire très attention car il s’écoule facilement des fleurs. Une méthode de récolte efficace est de placer sous la plante une feuille de papier roulée en cône, d’un diamètre au moins égal à celui de la plante, y compris de ses branches. Si on secoue la plante, le pollen tombera dans le cône. Le cône doit évidemment être bien fixé à la tige, par exemple avec du fil de fer pour jardin. L’avantage de cette méthode est que le cône reste sur la plante pour la récolte de pollen suivante. Il faut ensuite polliniser les plantes femelles en utilisant la même technique que celle décrite pour la reproduction des graines. À la fin de la maturation, on obtient une plante femelle avec des graines qui a hérité des qualités spécifiques de ses parents.
Quelles sont les qualités qui se transmettent? On le découvre en cultivant des plantes issues de ces graines. Si le breeding vous intéresse, ne soyez pas découragés par vos premiers échecs. Vous pouvez avoir de la chance lors de votre première tentative et obtenir une nouvelle hybride qui ait les qualités désirées, mais il est aussi possible que vos graines donnent des plantes de tailles et de récoltes différentes, chose assez courante même parmi les breeders expérimentés. Il ne faut donc pas baisser les bras.
Lors de votre recherche de nouvelles variétés, les plantes mâles et femelles doivent absolument être isolées pour éviter une pollinisation accidentelle. Sinon, vous ne pourrez pas être sûrs qu’une femelle sélectionnée n’a pas été fertilisée par un mâle plus faible et qui n’a pas été sélectionné. Il faut donc enlever tous les mâles faibles bien avant la reproduction par le pollen. Une forte concentration de mâles dans un même endroit peut aussi provoquer des mélanges non désirés au moment de la collecte du pollen. Il est donc important de séparer aussi les femelles des mâles pendant la reproduction des graines. Pour que les graines obtenues héritent des mêmes caractéristiques de leurs parents, il faut éviter que le pollen ne parvienne aux femelles d’une autre variété. Pour ce faire, il faut équiper les systèmes d’aspirateurs de filtres, ou envelopper les plantes femelles dans de fins filets pour éviter la pollinisation accidentelle.
Graines de plantes femelles fertilisées dans une culture d’extérieur.

Comme je l’ai expliqué plus haut, les graines portent les propriétés génétiques héritées de leurs parents mâle et femelle. Dans le breeding, l’information sur la génétique est vitale. Pour réaliser le breeding en étant bien informé et si on veut introduire de nouvelles variétés de qualité, il faut connaître tous les détails sur les parents, par exemple leur taille, la vitesse de leur maturation, leur forme et la couleur de leurs feuilles. Ces informations sont indispensables pour pouvoir effectuer des comparaisons avec les caractéristiques des descendants d’une nouvelle variété. Nous conseillons de prendre des photos de toutes les phases du processus. Les différences obtenues peuvent fournir beaucoup d’informations sur le résultat qu’on peut attendre d’un croisement. Vous serez étonnés de la vitesse du changement des propriétés d’une plante après un seul croisement. Les breeders expérimentés sont capables de prévoir le résultat de chaque croisement, puisqu’ils connaissent les propriétés de la variété originelle. L’expérience vient d’un long processus où la patience et la précision sont de rigueur. C’est pourquoi il y a si peu de bons breeders!

Le soin des plantes pendant le breeding et la reproduction

Bien que ce ne soit pas neuf pour beaucoup d’entre vous, le fait de prendre garde aux conditions dans lesquelles les plantes croissent déterminera la qualité des graines obtenues des processus de reproduction et de breeding. Le manque de nutriments, un climat défavorable, un arrosage inadéquat sont quelques exemples d’éléments qui ont un impact négatif sur le développement des plantes. Votre objectif est d’obtenir des graines bien développées, de qualité, et qui présentent les qualités héritées de leurs parents. Pour ce faire, les parents doivent grandir dans les meilleures conditions et ils doivent être sains, forts et sans stress tout au long de leur vie.

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.
VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse