Comment règler l'irrigation automatique

automatique-featured

Pour la plupart des plantes cultivées, la manière dont elles sont arrosées est absolument cruciale et c’est souvent le facteur décisif dans la réussite d’une culture, ou au contraire de son échec. De nombreux cultivateurs essayent l’irrigation automatisée que ce soit pour gagner du temps ou pour être plus efficaces. A cette fin, il existe plusieurs systèmes d’irrigation automatiques mais la plupart d’entre eux sont incapables de garantir le bon niveau d’humidité à apporter au substrat de culture. Allons jeter un œil sur la meilleure manière de régler une irrigation automatique.
Avant de vous lancer dans l’installation d’un système d’irrigation, vous devez connaître les besoins des plantes que vous allez tenter de cultiver. Vous devez vous demander si votre objectif principal est l’installation d’un système d’irrigation automatique pour une serre ou pour des plantes cultivées sous lampes. Pour les cultures sous la lumière naturelle du soleil, vous devez prendre en compte l’irrigation naturelle quand il pleut et les fluctuations des températures plus importantes – un système d’irrigation automatique optimale ne va pas sans les autres régulateurs et sondes automatiques dont on ne va pas parler ici. Revenons-en aux besoins des plantes. La plupart des plantes cultivées pour leurs fruits ou leurs fleurs ont besoin d’arrosages réguliers et de suffisamment d’oxygène pour leurs racines. Cela signifie que vous devez alterner les taux d’humidité élevés et faibles dans le substrat de culture. Quand vous arrosez votre plante, elle absorbe les nutriments dissous dans l’eau. Quand le substrat se dessèche, les racines disposent de l’oxygène dont elles ont besoin. Si le substrat de culture est mouillé en permanence, les racines vont commencer à pourrir et la plante va mourir. Vous allez maintenant me répondre qu’il existe des systèmes de culture dans lesquels les racines sont en permanence dans l’eau alors qu’il ne s’agit pas de plantes aquatiques, et c’est vrai. Cependant, il ne faut pas oublier que dans ce type de système, l’eau est constamment oxygénée afin de garantir un mélange équilibré d’eau et d’oxygène. Vous savez certainement aussi que si vous n’arrosez pas du tout les plantes, elles vont faner. Chaque variété a des besoins spécifiques quant au taux d’humidité du substrat. Les plants de poivron, par exemple, aiment les taux d’humidité élevés mais les plantes à bulbe sont moins demandeuses. Le chanvre est capable d’absorber une grande quantité d’humidité. Plus les plantes sont grandes, plus elles consomment d’eau.

Humidité et substrat de culture

L’humidité du substrat de culture ainsi que l’évaluation de l’arrosage adéquat ou non d’une plante dépend fortement du substrat de culture utilisé. La fréquence d’arrosage se détermine également en fonction de la taille de la plante et des conditions climatiques: l’humidité atmosphérique et la température.
Ce sont tous des éléments dont il faut tenir compte au moment d’installer un système d’irrigation automatique. La meilleure manière de déterminer la dose optimale et la fréquence des arrosages est de le faire manuellement pendant un certain temps. De cette manière, vous pourrez identifier la consommation en eau de vos plantes. Pendant les arrosages manuels, observez précisément la quantité d’eau ou de solution nutritive que vous utilisez et la fréquence à laquelle vous l’administrez. Si, par exemple, vous constatez qu’une plante consomme 500ml d’eau par jour, vous pourrez réguler l’irrigation par que la plante reçoive exactement cette quantité. Et comment pouvez-vous savoir qu’une plante a besoin d’être arrosée avec un arrosage manuel? Voici comment pour chaque type de substrat de culture:
20-1_1_opt

Terreau

Si vous avez un substrat léger et bien aéré, il doit rester humide en permanence. Vous pouvez améliorer l’aération du substrat en y ajoutant de la perlite. Comme l’eau est absorbée par le fond du pot, il vaut mieux vérifier le taux d’humidité en passant votre doigt par le trou du fond. En règle générale, s’il y a de l’eau qui sort là où vous mettez le doigt, c’est qu’il y a assez d’eau dans le substrat. Avec les plantes en pot, on peut également estimer la teneur en eau du substrat en soupesant le pot. Comparez le poids du pot avant et après l’arrosage. De cette manière, vous pourrez facilement vérifier si la plante a déjà ingéré tout le liquide avant de l’arroser à nouveau.

Fibres de coco

Dans ce cas aussi, vous pouvez vérifier le taux d’humidité en y enfonçant votre doigt ou en soupesant le pot si vous en utilisez un. Il est très facile de trop remplir un pot de fibre de coco quand on arrose, c’est pourquoi je recommande d’y ajouter de la perlite 50-50. Cela va fortement augmenter la perméabilité des fibres de coco et créer les conditions idéales pour la croissance des racines. La fibre de coco peut également se mélanger à de la tourbe ou avec un substrat plus lourd qu’elle va alléger légèrement. Vous pouvez la mélanger avec de la laine de roche et de l’argile expansé – ou les deux si vous cultivez dans un système hydroponique.

Laine de roche

La laine de roche est surtout utilisée dans les cultures hydroponiques. Quand elle est trop sèche, elle n’absorbe pas bien l’eau. S’il y a trop peu d’humidité, les plantes vont le montrer très vite et commencer à faner. La laine de roche est très poreuse et se remplit rapidement. Arrosez avec prudence, surtout au début quand le réseau de racines est en train de se développer. On peut facilement savoir s’il y a trop de fluide nutritif. Faites un petit trou (1-2 cm) dans la laine minérale avec votre doigt. Si le trou se remplit d’eau, c’est que le taux d’humidité de la laine de roche est trop élevé. On peut maintenant poursuivre la culture en mapito qui est semblable à la laine de roche.
20-2_1_opt

Argile expansée

Ce substrat de culture, qui seul est exclusivement utilisé dans les cultures hydroponiques, est très difficile à surarroser. Vous identifierez le bon taux d’humidité en enfonçant le doigt dans le pot rempli d’argile expansée du haut vers le bas. Vous devez sentir l’humidité. Si la plante est encore petite, il y a peu de chance que les racines atteignent déjà toutes les parties du pot. Dans ce cas, enfoncez votre doigt le plus près possible de la tige en faisant très attention à ne pas abîmer les racines. Vous pouvez également soupeser le pot quand vous utilisez de l’argile expansée.
Maintenant, vous savez comment identifier le taux d’humidité correct pour votre substrat. Il est très important de le vérifier avant d’arroser vos plantes. Si vous vous en tenez à cette approche et apprenez à arroser vos plantes manuellement, cela vous aidera fortement dans le réglage de l’irrigation systématique avec tous types de systèmes.
Le premier réglage d’une irrigation automatique
Supposons que vous ayez déjà choisi votre système d’irrigation. Le plus courant est généralement le système goutte-à-goutte ou à pression qui peut être installé quasi partout et à peu de frais. En choisissant l’un de ces systèmes, n’oubliez pas le filtrage de la solution, qu’il s’agisse d’eau pure ou d’eau mélangée à des nutriments. Ce système est adapté pour être connecté avant la plantation, du moins si vous le faites pour la première fois. De cette manière, vous pourrez tester le bon fonctionnement de l’irrigation sans difficultés et vous n’aurez pas les problèmes de l’eau qui dégouline partout. Vous pourrez également mesurer la quantité d’eau qui circule dans l’unité d’irrigation pour chaque plante pendant une durée spécifique. Si vous avez un système d’irrigation par capillarité avec un capillaire pour chaque plante, vous pouvez mesurer la quantité de liquide qui y passe sur une période de 30 ou 60 secondes. Quand tout a été vérifié et que tout fonctionne, vous pouvez commencer à vraiment utiliser le système d’irrigation. Avant de brancher la minuterie automatique, il vaut mieux faire tourner le système d’irrigation manuellement pendant quelques jours. En même temps, n’oubliez pas que le substrat de culture doit fournir de l’humidité et de l’oxygène aux plantes. Ca ne fait donc jamais de tort de prévoir un compresseur d’aquarium pour oxygéner l’eau ou le liquide nutritif (surtout dans les systèmes hydroponiques). Il a également été démontré que les arrosages à petites doses mais plus fréquentes sont plus efficaces que les gros arrosages. Si, par exemple, vous savez qu’une plante a besoin de 500ml d’eau ou de solution nutritive par jour, il vaut mieux lui donner cinq doses de 100 ml que deux de 250 ml. Essayez également de répartir les arrosages avec des intervalles réguliers au cours de la journée. Cela signifie que si vous arrosez cinq fois par jour, vous devrez commencer avec le premier tôt le matin et terminer le soir avec les trois arrosages intermédiaires à intervalles réguliers pendant la journée.

Réglage ultérieur du système d’irrigation

Que vous cultiviez en substrat ou en hydroponie, vous devez réagir face aux changements des besoins de la plante pendant sa croissance. Le volume et la fréquence des arrosages nécessaires pour une plante de 10 cm ne sont pas les mêmes que ceux d’une plante d’1 m. Il est donc indispensable de vérifier régulièrement le niveau d’humidité du substrat de culture, toujours avant l’arrosage. Généralement, il faut augmenter la fréquence et le volume des arrosages de manière graduelle en augmentant progressivement les doses.
20-4_1_opt

Erreur d’irrigation

Les mauvaises irrigations sont les raisons les plus courantes des faibles récoltes, des plantes rabougries et d’un certain nombre de maladies et d’autres problèmes. Le surarrosage est de loin le problème le plus courant. De nombreuses personnes pensent que le substrat de culture doit être mouillé en permanence et elles arrosent tellement souvent qu’il n’y a plus assez d’oxygène dans la zone radiculaire. A cause de cela, les racines pourrissent rapidement et ne peuvent plus approvisionner les parties supérieures de la plante en eau et en oxygène. La plante va y réagir en commençant à faner. De nombreux cultivateurs interprètent ce symptôme comme étant le résultat d’un manque d’eau et arrosent la plante encore plus, ce qui est le contraire de ce que veut la plante. Les plantes vont dès lors stopper leur développement, continuer de faner et si la situation reste inchangée, elles vont mourir. En conclusion, si vous devez choisir entre sous-arroser ou sur-arroser, vous créerez moins de problème en sous-arrosant. Mais bien entendu, votre objectif sera toujours de trouver l’arrosage optimal; c’est pourquoi vous aurez au préalable appris par l’arrosage manuel le réglage adéquat de votre système d’irrigation automatique – pour mieux comprendre vos plantes.

Une irrigation automatique sans souci

Si vous venez de commencer à cultiver du chanvre et que vous n’avez pas le temps ou l’envie de vous préoccuper de l’installation d’un système d’irrigation, il existe encore d’autres possibilités: acheter un système prêt à l’emploi qui sera plus tolérant face aux erreurs commises par le cultivateur. Dans ce cas, je recommande deux systèmes. L’Aqua-System – un système hydroponique qui peut irriguer non-stop et garantit les bons taux d’arrosage en permanence. Ce système requiert un peu d’électricité pour fonctionner mais pas de quoi vous ruiner! Généralement, il y a peu de risque qu’un système hydroponique avec de l’argile expansée comme substrat de culture puisse déborder. L’autre système est l’AutoPot – un système de culture passif qui ne requiert pas d’électricité et qui alimente en eau chaque plante individuellement et en totale conformité avec ses besoins. L’autre avantage de ce système est qu’il n’y a rien à installer; vous pouvez cultiver bio, tant en hydroponie qu’en substrat. Bien sûr, vous devrez acheter un système supplémentaire qui compensera vos erreurs – rien n’est gratuit! L’irrigation automatique vous donnera plus de liberté. Il n’y a qu’une seule condition: elle doit être correctement réglée. Et maintenant, vous savez comment faire!
Par Mr. José

VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.