Docteur father

Pour ne pas que ses enfants achètent n'importe quoi, un père de famille cultivait.

Les frères pêtards, 1986.

Un sexagénaire de Péruwelz, poursuivi devant le tribunal correctionnel de Tournai pour une culture de cannabis, a bénéficié, lundi, de la suspension simple du prononcé de la condamnation pour une durée de cinq ans. Il a été acquitté pour la prévention de vente de cannabis à un mineur, en l'occurrence son fils âgé de plus de 16 ans.

L'homme était poursuivi pour infraction à la loi sur les produits stupéfiants. Le ministère public lui reproche d'avoir cultivé 37 plants de cannabis.

Condamné par défaut en juin dernier, il avait écopé de neuf mois de prison avec sursis. Il avait fait opposition au jugement car il voulait expliquer au tribunal pourquoi il s'était lancé dans cette culture illicite.

“Mon but était de protéger la santé de mes trois enfants, consommateurs de cannabis. J'ai préféré produire moi-même une herbe de qualité que de voir mes enfants acheter de l'herbe qui sent le plomb, dans la rue, à des organisations mafieuses ! “, a expliqué le prévenu au tribunal.

Alors que l'avocat de la défense avait plaidé la suspension du prononcé pour cet homme à la retraite, le ministère public n'avait pas été convaincu par les explications du prévenu et avait demandé au tribunal de confirmer la peine prononcée en juin, rappelant les effets néfastes du cannabis sur la santé humaine.

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.
VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse