Culture indoor avec kit LED extensible

culture-indoor

Suivi de la Do-Sweet-Dos

Druida. Photos: MesMais

Nous avons parlé avec MesMai, un autocultivateur indoors au long parcourt, connu pour ses suivis sur le forum cannabiscafe.net. Il a mené plusieurs cultures expérimentales avec l'éclairage LED de la marque Photosystem qui ont donné d'excellents résultats à peu de frais. C'est un système très modulable avec lequel on peut commencer avec une seule LED et augmenter en fonction des besoins. Il n'a jamais été aussi accessible d'essayer un éclairage LED de qualité. Les photos de ce reportage correspondent au monitorage qu'il a fait de la variété Do-Sweet-Dos de Sweet Seeds.
culture-indoor
Croissance sous fluorescente et bande de LED dans un mini placard

MesMais est un vieux forumeur du Cannabiscafé inscrit depuis 2003. D’après ce qu’il nous raconte, il était consommateur de hasch et voulait en apprendre plus sur cette plante. Il voulait arrêter d’alimenter la violence de narcotrafic et veiller plus à sa santé. “Je me souviens que mon frère m’a un jour parlé de l’existence de cannabiscafé.net et il n’a pas fallu plus d’une seconde pour m’y inscrire à voir la bonne ambiance qui y régnait. Le Cannabiscafé était alors la principale encyclopédie en ligne sur le cannabis où on pouvait apprendre des plus grands et meilleurs cultivateurs, des gens engagés pour la légalisation, volontaires pour investiguer et partager leurs savoirs.”

Eclairage

Après 3 ans avec des HPS et ensuite des LEC, j’ai toujours pensé qu’il ne valait pas la peine de faire de grands investissements dans les LED. Je ne pensais pas qu’il fallait un changement. Avec l’aide des amis du Cannabiscafé et à voir les résultats obtenus par les cultivateurs qui utilisaient les LED de Photosystem, j’ai ouvert les yeux. L’investissement n’était pas tellement important et les avantages nombreux: plus de points lumineux, moins de chaleur, moins de frais et plus durable. Photosystems ayant un espace sur cannabiscafé.net, j’ai lu beaucoup de choses sur les LED de leur catalogue et j’ai finalement été convaincu. J’utilise un kit très facile à monter et extensible.

Selon le stade et la taille des plantes, j’ai commencé avec des LED de 4000K placées à mi-distance. En changeant de photopériode, j’y ai ajouté 2700K, variant aussi un peu le spectre lumineux. J’ai donc commencé avec 4 CRI 97 4000K de 50W augmentées au changement de la photopériode d’une CRI 97 2700K de 50W et après quelques jours, quand la floraison a commencé, de 4 CRI 97 de 30W chacune. Même si l’idéal est de mesurer les umoles et pas les lumens, j’ai utilisé un luxmètre pour avoir une référence.

culture-indoor
Croissance végétative sous LED Photosystem

Dans cette culture, j’ai eu un cas de faux albinisme, c’est-à-dire une plante qui sans être albinos, avait les pointes toutes blanches. Il s’agissait d’une plante située au centre de la culture et qui recevait de la lumière de tous les côtés. Elle a été très près d’une paire de LED de 50W et je pense qu’elle a reçu trop de radiation. Grâce à un régulateur, j’ai pu régler le problème en passant à une puissance de 30W pour éviter les excès de lumière.      

Do-Sweet-Dos

Dans cette culture, j’ai cultivé la génétique Do-Sweet-Dos de Sweet Seeds. Cette variété est une descendante de Girl Scout Cookies, d’OG Kush Breath, croisée avec une Face-Off OG. L’hybride final est fortement influencé par l’OG avec une saveur très américaine et grande productrice de trichomes qui donnent un effet puissant. Elle est facile à cultiver et produit des têtes très denses.

culture-indoor
Branches inférieures taillées

Elle pousse en forme de sapin, rapidement et avec un bon port. Dès le début, on remarque la prédominance indica. En floraison, elle produit de beaux et grands gourdins, dures et résineux. MesMais commente qu’elle est “facile à cultiver, stable, peu exigeante, généreuse et donne une récolte satisfaisante. Elle résiste à l’oïdium et au botrytis.”

Installation

Respectant sa philosophie, MesMais vise l’auto-approvisionnement propre et écologique avec une culture la plus saine possible sans trop de complications. Il a utilisé deux placards, quelques LED, deux ventilateurs, chauffages, déshumidificateur, extracteur et intraction passive.

Les premiers 15/30 premiers jours, il a laissé les plantes dans un placard de 50x50x50 avec deux fluorescentes de 55W. Quand ce fut nécessaire, il y a ajouté une paire de bandes LED. Ça encourage la croissance pendant le premier stade de la plante. En plus, il pouvait ainsi avancer dans la croissance alors que l’autre “grand” placard était toujours occupé. Le second placard de 80x80x160 est équipé de LED pour les derniers jours de croissance et toute la floraison. Là, il cultive 9 plantes dans des pots en textile.

Climat

Le placard est situé à l’extérieur de la maison, dans la cour. Il vit dans une zone où le climat est extrême, ce qui rend difficile de maintenir une température et une humidité stables. Certains jours, il ne peut faire que 5°C et d’autres, plus de 34°C avec des taux d’humidité vacillant de 40 à 80%. Ses cultures sont donc toujours affectées par le climat de sa région, que ce soit l’automne, l’hiver ou le printemps. Ça l’oblige à ajuster l’extraction, le chauffage, l’humidité et l’air pour maintenir un environnement adéquat.

Taille et maillage

Il réalise plusieurs tailles des branches inférieures pendant la culture ainsi que des bourgeons. La taille des branches inférieures facilite l’arrosage et toutes les manipulations au niveau du substrat comme l’apport d’engrais ou le nettoyage. La taille des branches aide également la plante à produire de meilleures têtes supérieures. En intérieur, les zones inférieures ne fleurissent pas avec la même force et terminent souvent dans le sac pour extractions. Pour éviter des pertes, il taille également des bourgeons avec la même intention que pour les branches, pour que la plante ne perde pas de temps et se concentre plus sur les branches et les têtes qu’on veut renforcer car la pénétration de la lumière est plus réduite qu’en extérieur. “Quand on sait à quel niveau elle peut arriver, tout ce qui se trouve dans le bas est une perte de temps et de production”, explique MesMais.

culture-indoor
Taille de bourgeons

Il a également utilisé un système de mailles amovibles renforcées, simple et efficace, avec des bandes élastiques et des attaches en capsules de canettes. Le but est d’éviter de devoir mettre des tuteurs dans le substrat et d’endommager des racines. “J’avais l’idée de faire un maillage démontable pour me faciliter le travail quand je dois sortir les plantes du placard et j’ai pensé que les attaches pouvaient être très utiles. Ça fonctionne bien pour attacher les branches aux élastiques pour ne pas qu’elles croulent sous le poids. C’est facile de les mettre et de les enlever sans rien endommager”, nous dit-il.

Fertilisation et prévention

Pour atteindre son objectif de produire une marijuana la plus naturelle possible, il a utilisé peu de fertilisants et toujours écologiques. En plus des engrais ajoutés à l’arrosage, il a ajouté du Nitroguano et Superguano de Top Crop au substrat, deux produits à base de guano de chauve-souris frais qui apportent de l’azote. Le Superguano vient de guano plus mature avec une teneur élevée en phosphore.

En général, il ne donne que peu de fertilisant, sans abuser, en quantités raisonnables et observe beaucoup. Il a une peur bleue de la surfertilisation: “J’ai la sensation que tout va mieux quand on n’exagère pas. Les plantes montrent comment elles se sentent et j’agis en conséquence en leur donnant plus ou moins.”

Les plantes profitent mieux de cette fertilisation douce grâce au Bactohemp, un complément à base d’enzymes, de bactéries et d’extrait d’algues Ascophyllum Nodosum. Il considère que “améliorer la vie de la terre et des racines renforce les plantes face à des attaques éventuelles de champignons.” Il l’utilise une fois par culture, pendant la croissance, lors de la dernière transplantation, avant de changer la photopériode. Le Bactohemp augmente la masse racinaire, protège contre les champignons, fixe l’azote atmosphérique et rend le phosphore et le potassium accessibles. En plus, c’est totalement écologique.

culture-indoor
Dos-Sweet-Dos mature

A cause des variations climatiques et le froid en hiver et du fait de cultiver dans sa cour où peuvent venir plus d’insectes, il a utilisé une terre diatomée, de l’huile de neem et du savon noir. Avec ces préventifs écologiques, il a empêché le développement d’invasions et d’infections fongiques.

Séchage

Le séchage en hiver doit se faire à l’intérieur même du placard, du moins pendant les premiers jours. Là, il y a un ventilateur, un chauffage et un extracteur pour maintenir un environnement sec et plus stable, sans trop d’humidité et faire sécher les plantes sans risque. “Les têtes denses et résineuses plus humides attirent le botrytis et j’ai horreur de ce genre de blague”, explique-t-il.

Quand elles sont suffisamment sèches, il les laisse terminer hors du placard dans une caisse de carton ouverte dans l’obscurité avant de la mettre dans des bocaux hermétiques pour la bonification.

Conclusions

La Do-Sweet-Dos a donné d’excellents résultats. L’arôme de la fumée est terreux et floral, le goût est doux avec des touches terreuses et des notes piquantes et acides. L’effet est très agréable et ne donne pas la grosse tête. Il relaxe le corps et l’esprit. “J’ai très envie de répéter l’expérience mais comme les gars de Sweet Seeds n’arrêtent pas de créés de nouveaux croisements, c’est compliqué. Il en reste encore deux ou trois que je n’ai pas encore essayés et j’en ai très envie. Malheureusement, je ne dispose pas de plus d’espace ni de plusieurs vies pour les essayer toutes”, nous assure MesMais.”

MesMais a été très satisfait de cette culture avec LED. À partir d’aujourd’hui, il continuera à les essayer et à chercher ce qui convient le mieux à ses besoins et à ceux de ses plantes. Pour résumer son expérience avec des LED Photosystems, il commente: “J’ai passé peu de temps avec des Led et j’ai encore beaucoup à apprendre mais le résultat est satisfaisant. Je suis très content et je crois qu’on peut oublier les autres éclairages.”  

Autres articles de Soft Secrets sur la culture en intérieur avec des LED de Photosystem

https://softsecrets.com/es/2019/09/10/cultivo-con-led-ahorro-en-energia-y-mejora-en-calidad-2/

culture-indoor
Croissance de la Do-Sweet-Dos
VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE POUR UN PROBLÈME LIÉ À LA DROGUE ? CONTACTEZ VOTRE LIGNE D’ASSISTANCE LOCALE DÈS QUE POSSIBLE. EN CAS DE DANGER DE MORT IMMÉDIAT, APPELEZ LE 911 MAINTENANT !

Laissez une réponse

Postes récents

À propos des Soft Secrets

Soft Secrets est la principale source de culture du cannabis, de légalisation, de culture et de divertissement pour son public dévoué et varié à travers le monde. L’essentiel est de mettre les gens en contact par le biais d’informations pertinentes et actuelles, avec le même intérêt pour la santé, le mode de vie et les opportunités commerciales que la culture du cannabis a à offrir.